str 418 ZBIGNIEW BARDO n’est plus

Zbigniew Bardo était d'abord un rescapé d'Auschwitz et en fin de vie, un des derniers mineurs polonais dans le Centre. Il vient de nous quitter à plus de nonante ans. Il a rejoint son épouse décédée, il y a quelques semaines. Zbigniew Bardo ocalały z Osięcimia, był jednym z ostatnich polskich górników w regionie Centre w Belgii.

http://lespolonaisducentre.wordpress.com

Bien avant d'être connu dans toute la Belgique lié à Comblain la Tour, Millennium,

255354403_703990703893821_5841151760685095300_n

pour lequel, il a consacré  dès les  années 60, la  grande part de sa vie, lui et sa famille tout autant,

il a dès son arrivée au camp de Maurage, commencé à s'activer pour les Polonais de la région du Centre et se distinguer par ses capacités d'organiser, de regrouper, d'associer, d'instruire aussi.

Il est à la base de l'association polonaise:  le comité polonais de Bois du Luc, Trivières, Houdeng, Bracquegnies, Maurage, Saint Vaast et environs . Un nouveau comité à côté de ceux qui existent ; celui de Chapelle-Carnières, celui de Bray, celui de Péronnes Sainte Marguerite, celui de Ressaix. 

D'abord, avec Jozef RZEMIENIEWSKI , arrivé avec lui dans le même convoi,  en 1947, depuis le Congress Camp de Nurenberg, Zbigniew BARDO, comme tous ceux qui viennent d'arriver d'Allemagne, a signé  un contrat qui stipule l'obligation absolue de travailler à la mine .

Dès 1945, Fédéchar ( le patronat charbonnier belge) recrute et ramène des Polonais libres, restés en Allemagne dans les Teams ( camps de rassemblement de l'UNRRA). Débarqués en Belgique, ils sont logés dans les maisons de charbonnages et  ensuite, ceux ramenés en 47 seront davantage logés dans les camps de baraques.Il y a 62 camps de baraques dans le Hainaut. Qui les a construits lisez:

avril 1945: le recours aux mineurs étrangers

extrait des pages manquantes de nos livres sur l'histoire de Belgique...LES POLONAIS non pas venus d'Allemagne mais LES POLONAIS que l'on a été chercher en Allemagne NE SONT PAS DES REFUGIESAu sortie de la guerre,les Belges refusent de travailler à la mine alors que le taux de chômage est élévé.Les conseillers du premier ministre et...

http://lespolonaisducentre.wordpress.com

 

 

d’une baraque à l’autre Z JEDNEGO OBOSU DO DRUGIEGO

article extrait des pages manquantes de nos livres sur l'histoire de Belgique...1945... le RECRUTEMENT des POLONAIS, prisonniers ou esclaves en ALLEMAGNE1.la libération de Stefan FabjanczykQuand FABJANCZYK STEFAN, incarcéré dans le camp de MAUTHAUSEN près de LINZ, en Autriche,est sauvé en mai 1945 par l'armée américaine,il y a déjà quelques mois que la Belgique est libérée.Il quitte...

http://lespolonaisducentre.wordpress.com

 

 

de 1945 à 1958 dans les baraques

extrait des pages manquantes dans nos livres sur l'histoire de Belgique...Le logement pour les Polonais ramenés d'Allemagne entre 1945 et 1947Pour pouvoir venir en Belgique,pas seul,comment? Mais en convoi organisé,encadré, KIELBOWICZ JOZEF a signé tout comme des milliers d'autres engagés un contrat de travail visé par la Police des Etrangers(Sûreté de l'Etat).Ce contrat comporte à la...

http://lespolonaisducentre.wordpress.com

 

Il fera pendant 3 ans la navette depuis la rue des Pavillons à Boussoit Maurage

MAURAGE

vers le dessus du  Vent de Bise à Bois du Luc avec le tram 80 ou 82, d'où il rejoindra à pied par la rue du Quinconce , les Grands Bureaux ( actuel Ecomusée/ Musée de la Mine) . Là, il monte dans le dernier  train du  charbonnage qui le conduit vers Trivières  au" Quesnoy" par " la Tranchée".

Dès 1950, la famille BARDO, habitera dans les Carrés de Bois du Luc  à la rue du Midi , là  à deux pas de ce train du charbonnage . En 1954, nous sommes une fois monté avec ma mère et ma soeur en soirée après une répétition tardive pour une fête polonaise dans la salle des fêtes des Carrés . Zbigniew BARDO avait demandé " au champette" de nous permettre de prendre ce train jusqu'au Quesnoy. Nous allions et rentrions de Bois du Luc à pied . Nous étions petits et c'était long, " la Tranchée" dans le noir total.

BARDO, Pan BARDO, travaillera toute sa carrière au Quesnoy à Trivières jusqu'à la fermeture du charbonnage ,  pendant la pause de nuit " na nocke" .

Il dort en matinée et puis, il s' occupe de sa famille,    ...et  se préoccupe ...des Polonais, et fait aussi du sport dont on parlera dans un prochain article d'où la photo en joueur de volley dans l'article publié lors de son décès.

Et tout d'abord avec J.RZEMIENIEWSKI , ouvrier mineur, lui aussi ,obligatoirement, il crée au camp de baraques où ils habitent:" la bibliothèque polonaise de Maurage" 

STEMPEL Maurage Polska Biblioteka Ruchoma - Copie

RZEMIENIEWSKI sera bientôt exfiltré vers Bruxelles et vivra en costume auprès de POMORSKI . Il sera notamment un des quelques boursiers polonais qui termineront à Louvain des études supérieures mais surtout, ils ,lui et POMORSKI, seront auprès de la Mission Catholique Polonaise, en charge de  la tutelle des Associations Polonaises dans le cadre de la Mission de Free Europe  Citizen's ( la CIA depuis Munich) qui va leur assurer des revenus jusqu'à leur pension.

Tout est sur le net et l'ancien personnel polonais de la CIA,  vit toujours à Munich pour ceux qui doutent. Nous y sommes allés deux fois.

 

Central Intelligence Agency (.gov)
https://www.cia.gov › docs › DOC_0001426218
PDF
the European Director of the Free Europe Citizens Service (MrBauer). 

 

OMI PMSz les salaires et frais de bureau à Bxl

 

RZEMIENIEWSKI gardera donc une relation particulière,  sincère, privée, envers du groupement des Polonais " Libres"  de Bois du Luc, Trivières .

BARDO, restera lui , mineur de nuit au Charbonnage du Quesnoy où travaille des centaines de Polonais. Des Polonais déjà là avant la guerre et les nouveaux Polonais ramenés d'Allemagne par les recruteurs.

421145464_317111074655604_1756987476022004198_n

C'est surtout dans la salle des pendus, le vestiare entre les pauses que s'établissent les relations entre ouvriers polonais  et  qu' à Trivières , au Quesnoy, que naît sous son impulsion,  le projet de créer une école polonaise pour les enfants nés au lendemain de la Libération ou déjà pendant l'esclavage en Allemagne. ZAWADSKI KRENC BARDO PIECHOWSKI les frères DUDA KOZLOWSKI  sont au Quesnoy WOJNAROWSKI RYS SZUSTAK JOZWIAK KONDRASZEK KIELBOWICZ KALINEWICZ KLIMANOWICZ sont à St Emmanuel à Bois du Luc et logent la plupart dans les Carrés .

Les réunions élargies à la famille se tiennent à la maison des BARDO à la rue du Midi. C'est rempli de monde. Les enfants jouent des heures ensemble sur le tas de manteaux dans la petite pièce à côté du salon et mangent dans la petite pièce qui mène au jardin .Pour nous c'est la fête totale; un bonheur.

L' école regroupera les enfants de Maurage, Bracquegnies, les deux Houdeng dont les Carrés de Bois du Luc, Saint Vaast, Trivières, Maurage,Havré, La Louvière.

Il y a une école polonaise dans la Swietlica de Péronnes Sainte Marguerite, une école polonaise dans les baraques du Camp Roland à Ressaix et le curé polonais WORYNA propose de dégager une pièce innoccupée dans la cure des curés polonais à Saint Vaast juste sur le côté de l'église romane. J'ai accompagné mon père à Saint Vaast, en 1953, à la cure polonaise de Saint Vaast ou WORYNA et mon père KOZLOWSKI Maryan ont vidé la pièce de gauche pour y installer des tables, des chaises.

On y découvrit dans un  placard mural, un tas de conserves militaires laissées par ks SZYMURSKI ( OMI) qui partit en mission à Liège. Il avait été l'aumonier des pilotes polonais de l'escadron 305 en Angleterre .

Mon père et WORYNA ont ouvert une grande boîte; c'était de la confiture.J'avais 6 ans. On a goûté la confiture avec nos doigts.

En septembre 53, l'école polonaise fonctionne avec le jeune curé polonais ks WOJDA ( OMI) car ks WORYNA est parti à Tertre.

Autant ks WORYNA était ouvert, attentif, gentil; autant, le ks WOJDA, un petit blondinet, rougeau,  est un peu nerveux. Je me souviens qu'il s'appliquait pourtant et qu'il nous préparait sur du papier transparent pour emballer les tartines, des cartes de la Pologne.

Bon, en plus de son traîtement mensuel payé par la Belgique comme c'est toujours le cas aujourd'hui ( Ministère de la Justice) comme  curé de paroisse polonaise reconnue; il recevait tous les mois son supplément dans une enveloppe que préparait mon père, trésorier de l'association pour l'école polonaise qui deviendra bientôt Polska Macierz Szkolna sous la tutelle de nos deux POMORSKI et RZEMIENIEWSKI au service de la Mission Catholique Polonaise à Bruxelles ( PMK) . Les parents versent 20Francs Belges par famille chaque mois.

On y vient le jeudi et le samedi après-midi 

C'est une classe unique avec des élèves d'âges différents. Nous avons à peine 6 voire 7 ans; d'autres 10, 12 ans déjà. La récréation c'est devant la façade de la maison , pas dans la rue  et dans le jardin aussi où se trouve le WC à l'ancienne.Une autre maison,habitée par le couple OSTAPSKI ferme preque notre cour de récréation .Aujourd'hui, c'est fermé avec une palissade. Les Ostapski partiront bientôt aux USA avec l'un des deux départs vers le CONNETICUT organisés en 57.

Cela n'a pas été facile de motiver les jeunes parents qui ont à l'époque, un peu plus d'une trentaine d'années  C'est là que les familles commencent à se connaître, à des amitiés à se créer, une communauté à se former .

Le tout grâce à ZBIGNIEW BARDO qui n'a pas toujours eu facile. Ce petit monde catholique était vraiment petit, une minorité par rapport à la masse de Polonais dans la région . De Trivières, uniquement 3 familles pour l'école : PIECHOWSKI, KRENC, KOZLOWSKI 

Mais c'est  aussi devant cette fenêtre de la classe de l'école polonaise chez les curés polonais que le dimanche, un peu plus de familles polonaises se retrouvent avant et après la messe polonaise dans la vieille église romane de Saint Vaast qui est juste à côté à gauche.

Il y a un peu plus de monde. L'église est assez remplie , jamais à fond .

Nous enfants, on n'aime pas car il y fait froid et humide et c'est long et sans attrait à cet âge-là.

AK 4 à la cure polonaise de St Vaast - Copie

 André BARDO, tout à gauche, KOZLOWSKI Alexandre, Alice BARDO, Madame JOZWIAK ( Pani JOZWIAKOWA) avec ses deux fils, ma mère Madame KOZLOWSKI ( Pani Maryanowa) ,Madame KONDRASZEK ( Pani Pawlowa) et Madame BARDO( Pani Bardowa) . Tout le monde vient à pied et parfois de bien loin . Certains font plus de 7km . Nous depuis Trivières, par la  rue Lateur, la ferme du Coq, on met une heure.

L'école déménagera plus tard, à l'école libre de Saint Vaast qui se trouve près du cimetière de Saint Vaast et puis à Bois du Luc , à l'école des Filles en face de l'église sainte Barbe car il y a de plus en plus d'élèves.