POPLAWSKA GAWRYS JEUK 10

 

En 1965, un appareil de la Lot rentrait à Varsovie après avoir déposé en France, à Lille, des enfants de Polonais de France, de retour de leurs colonies en Pologne.

Il est tombé à Jeuk dans le Limbourg à causes d'avaries qui ont finalemnt conduit à l'abandon de ce type d'appareil.
Et depuis, plus rien pendant 54 ans.
Yvette Poplawska et ses amis ont aidé, il y a un an , le fils d'un de deux  pilotes, venu trouver la tombe de son père et de là toutes les recherches, ici et en Pologne.
Hobbyarcheologie Limburg vzv, Documentatiecentrum De Graef Kuringen de Hasselt ont étudié l'événement et publié une étude complète sous le titre "Pas de signal de détresse enregistré": un travail remarquable .


20190817_142901



20190817_143855



20190817_142916




20190817_142231
20190817_141451
20190817_151058
20190817_140623
20190817_142916
20190817_144347
POPLAWSKA GAWRYSZ JEUK 9
POPLAWSKA GAWRYS 12
               
Une cérémonie a  rassemblé , une première fois, sur le lieu de l'accident: venus de Pologne, les descendants des 4 victimes, d'ici: les derniers témoins de l'accident, d'ici, les représentants de la Communauté Polonaise de Belgique, les autorités communales de Borlo et des Polonais venus d'Allemagne et de Hollande.

Un monument avec une plaque commémorative a été dévoilé.
En soirée, une rencontre festive a rassemblé tout ce monde,  à Borlo au Musée 40-45 "Winter 44". Ce fut une rencontre très chaleureuse et amicale.

20190817_162345




20190817_165919





20190817_162356





20190817_130147



20190817_130647
POPLAWSKA GAWRYS BORLO 1
POPLAWSKA GAWRYS BORLO 14
Nous y étions avec la Direction de l'Union des Polonais de Belgique (1923) pour honorer les victimes du crash et....
...parce que de toute Belgique aussi, comme de notre région du Centre, comme du Monde entier, pendant des années, de longues années, les enfants de Polonais sont allés en colonies en Pologne .
Des centaines, des centaines d'adolescents de Belgique ont ainsi séjourné en Pologne, depuis 1945 jusque dans les années 90.
Ils y passaient quelques semaines dont une ou deux dans leur famille, souvent dans le village d'origine de leurs parents émigrés.
C'était extrêmement mal vu .D'abord et surtout déconseillé par  la curie polonaise, par la droite polonaise en Belgique soumise à la curie polonaise, par les parents qui n'osaient le faire, mais, aussi par les autorités belges dont la Police des Etrangers, par la gestion des cartes de travail pour les Etrangers.

Non pas du tout pour des raisons politiques ou religieuses mais simplement pour soutenir le besoin constant de main d'oeuvre pour les charbonnages; une main d'oeuvre absolument nécessaire pour les mines en France, Hollande, Allemagne, Angleterre, mais en Pologne aussi et qu'il fallait par tous les moyens maintenir les Polonais, ici, dans les bassins miniers de Wallonie et du Limbourg.
Cependant beaucoup de parents polonais, de droite ou de gauche ou d'aucune appartenance marquée- de tous temps, aujourd'hui même, la majorité en Belgique -  inscrivaient leurs enfants aux colonies en Pologne... sans trop en parler... jusque maintenant même .
A la fermeture des charbonnages, le moment est arrivé où il n'a plus été nécessaire de maintenir la main d'oeuvre au service des mines et toute la pression organisée avec ses faux arguments , a cessé ...d' un coup, sur les Etrangers au travail dans les mines ,dont les Polonais qui  ont alors eu un accès, très  très facile, à la nationalité belge. Quant à la Police des Etrangers, elle s'est vite trouvé d'autres ethnies à ...surveiller.
On est tous, de tous les  bords , devenus ...amis et ,dès 1973 , les charbonnages fermés, on a sans restrictions, sans craintes, sans remords , voyagé vers  la  Pologne  avec les bons d'hôtel, individuellement , en groupes, pour les colonies, pour le sport, pour des pélerinages religieux, pour acheter, pour voir les siens, pour..., bien avant , bien avant, bien avant le changement de régime politique survenu en Pologne seulement  à partir de  1989.

 

 

Zatajone katastrofy polskiego lotnictwa

Wiosną 1962 roku Polskie Linie Lotnicze LOT uruchomiły nowe połączenia do Amsterdamu, Rzymu i Kairu. Do ich obsługi potrzebowały nowych samolotów. Co prawda flota wzbogaciła się właśnie o trzy radzieckie Iły-18, ale pasażerowie z Zachodu nie chcieli nimi latać. Do obsługi zagranicznych tras LOT potrzebował zachodnich maszyn.

https://www.newsweek.pl